Maxime Laporte et une délégation de Québécois en mission d’observation

http://capsurlindependance.quebec/?p=5537

COMMUNIQUÉ DE PRESSE | SSJBM | 05/09/14

Lors d’une conférence tenue en présence de monsieur Bernard Landry, il a été annoncé que Maxime Laporte, président général de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal et du réseau Cap sur l’indépendance (RCI), sera officiellement le seul leader indépendantiste de la société civile québécoise à traverser l’Atlantique pour prendre part aux actions indépendantistes catalanes et au référendum écossais qui se tiendront dans les prochaines semaines.

Pour une bonne partie de son périple en Catalogne, en Allemagne et en Écosse, monsieur Laporte a décidé de se joindre à la « Mission : Faire lever le vent » qui travaille à tisser des liens avec des organisations citoyennes d’Écosse et de Catalogne, en plus d’observer et d’étudier les enjeux politiques liées à ces mouvements d’émancipation nationale.

«J’étais ravi lorsque j’ai entendu parler de ces dizaines de jeunes qui, de leur propre chef, désirent s’inspirer d’un modèle gagnant comme celui de nos amis catalans et écossais et aller à leur rencontre. Étudier les mouvements de libération nationale qui existent dans le monde nous fait réaliser que la liberté et l’indépendance sont des valeurs et des aspirations légitimes et universelles», affirme l’avocat de formation et plus jeune président de l’histoire de la SSJB.

Le 11 septembre à Barcelone, la délégation indépendantiste de jeunes Québécois aura une place de choix dans le grand «V» où plus de deux millions de Catalanes et Catalans sont attendus afin d’exprimer leur désir d’autodétermination. «Les Catalans et Catalanes ont su établir avec brio une collaboration étroite entre les organisations citoyennes indépendantistes et les partis. L’exemple des référendums symboliques ou plus récemment, de la première grande manifestation Cap a la independencia sont très révélateurs de ce succès. Cela démontre que la convergence des forces est possible, là-bas comme chez nous», ajoute monsieur Laporte.

Tout au long de son périple, le président de la SSJB multipliera les rencontres au nom du Québec. Il sera aussi l’un des invités du Modern Security Consulting Group (MOSECON) àBerlin où dans le cadre d’un « luncheon », il s’entretiendra sur l’expérience référendaire québécoise, aux côtés de représentants écossais, catalan et kurde. Le 18 septembre, il se joindra aux membres du Scottish National Party (SNP) pour le dévoilement des résultats du référendum écossais.

Le réseau Cap sur l’indépendance dont fait partie la SSJB, rallie plus d’une trentaine de groupes citoyens qui s’activent pour faire avancer la cause de l’autodétermination du peuple québécois.