Politique d’affirmation du Québec: l’exil intérieur, encore et toujours

http://capsurlindependance.quebec/?p=9410

Robert Dutrisac | Le Devoir

Au Canada anglais, l’appel au « dialogue » lancé en juin dernier par Philippe Couillard avec la Politique d’affirmation du Québec a fait l’objet d’une couverture médiatique marginale tandis que les réactions politiques à l’idée même de reconnaître la nation québécoise dans la Constitution peuvent se résumer à une fin de non-recevoir exprimée dans le meilleur des cas avec une délicatesse toute canadienne.

Comme le révélait Le Devoir jeudi, le ministère du Conseil exécutif (MCE) a fait un inventaire exhaustif des réactions politiques et médiatiques au Québec et dans le reste du Canada qu’a suscitées la Politique d’affirmation intitulée Québécois, notre façon d’être canadiens et dévoilée par le premier ministre Philippe Couillard. Selon des documents rendus publics en vertu de la loi d’accès à l’information, cette politique a été reçue dans la quasi-indifférence par les médias du ROC. En fait, c’est au Québec que les médias s’y sont le plus intéressés.

Quant aux réactions politiques, on se souviendra que le premier ministre Justin Trudeau a rejeté d’emblée toute idée d’ouvrir la Constitution avant même d’avoir lu le document de près de 200 pages préparé par le Secrétariat des affaires intergouvernementales canadiennes (SAIC). Les premiers ministres des provinces, du moins ceux qui ont daigné s’exprimer sur la question, se sont montrés moins cavaliers, même si leur réaction était sensiblement la même. Quatre des dix provinces, dont la Colombie-Britannique, n’ont fait aucun commentaire sur le sujet.

Dans une lettre que Le Devoir publie ce samedi, le ministre responsable des Relations canadiennes, Jean-Marc-Fournier, revient sur cette « reprise d’un dialogue oublié » qui aurait obtenu un certain succès auprès de la gent universitaire. Même s’il n’y a pas « d’appétit constitutionnel », la démarche de son gouvernement est « essentielle et de longue haleine ». Ne pas se fixer d’échéancier est certes une façon commode d’éviter d’échouer.

Tout en soulignant que les Québécois vivent « un exil intérieur », le document à l’appui de la politique reprend les principes élaborés par les tenants du fédéralisme renouvelé et réaffirme la nécessité de reconnaître formellement la nation québécoise. Or comme le rappelle le politologue Jean-Herman Guay, dans un texte recensé par le MCE, Philippe Couillard a déjà déclaré que si l’option souverainiste est à rejeter, c’est parce que les Québécois ne sont ni humiliés ni opprimés ; ils forment un peuple libre, un peuple heureux, un peuple prospère. Cela tient d’une « pensée équivoque », selon l’universitaire, car s’il s’agit d’un « exil heureux », comment convaincre le reste du Canada de s’engager dans ce débat long, chargé et risqué pour y mettre fin ?

Dans un autre texte recensé par le MCE, c’est au tour du sénateur André Pratte de douter de la démarche du gouvernement Couillard. Selon lui, c’est bien mal connaître le Canada anglais que de penser le convertir à une vision plurinationale du pays, de croire que « le Québec et le Canada semblent prêts pour un changement de paradigme ». Quant au « dialogue » dont on se gargarise, c’est plutôt à « un monologue, un prêche » que le gouvernement Couillard convie le reste du Canada, relève le sénateur.

Rappelons que c’est au moment de la course à la direction du Parti libéral du Québec en 2013 que Philippe Couillard a exprimé le souhait que le Québec « réintègre la famille canadienne » en signant la Constitution, évoquant l’échéance du 150e anniversaire de la fédération. Maintenant que l’échéance est passée, force est de constater que rien ne nous a rapproché de l’objectif, malgré les efforts qu’inspire à Jean-Marc Fournier sa foi du charbonnier. C’est qu’il manque un élément sans lequel rien n’est possible : une volonté de la part du gouvernement fédéral et de son premier ministre.

Entre-temps, ce sont plutôt les prérogatives du gouvernement du Québec qui risquent d’écoper. Ottawa s’est associé à Keith Henderson pour invalider des pans de la loi 99, qui édicte le droit du peuple québécois de choisir librement son régime politique : une décision est attendue prochainement. Devant la Cour supérieure, une association musulmane ontarienne, plaidant en anglais, a obtenu la suspension de l’article de la loi 62 sur le visage découvert, cette disposition décriée comme « uncanadian » au Canada anglais.

C’est l’exil intérieur qui se poursuit, le caractère distinct du Québec qui est battu en brèche et les droits des Québécois qui sont contestés. Ce n’est pas un monologue, fût-il écouté, qui y changera quelque chose.

 

 

SOURCE