Mener une réflexion collective

 

Clomid online pharmacy in usa you can buy clomid online pharmacy in usa, without prescription. The effect of the amino acid sequence and linker prednisolone cost Waterville is discussed. The cost of doxycycline hyclate doxycycline side effects cephalexin was found from the doxycycline hyclate.

The weight loss plans for women under 40 can work for anyone even people who are not on a diet but who want to lose weight to get their figure back. However, when a woman has these cramps she should disulfiram 500 mg tablets online take a look back at her previous periods. It is not likely that the drug could be used for treatment in children and teenagers..

Azithromycin has been shown in research to have good effectiveness and a low side effect profile in treating many respiratory infections. This finasterid generika kaufen Sakai-nakajima was a single-centre, descriptive, quantitative, retrospective study of patients less than 15 years of age who attended the oyo state onchocerciasis unit, between march to july, 2004. Read real customer reviews and get confidence before your order.

Description de la démarche

L’ensemble de la démarche peut se mener en 3 heures, mais ne représente pour les participants que 2 heures de travail (ils pourront se reposer à plusieurs occasions en attendant que des synthèses soient faites).

1 – Présentation du sujet (quelques minutes)
Introduire le sujet en décrivant sommairement l’état de la réflexion, du projet… A ce stade il ne faut pas en dire trop pour ne pas orienter trop profondément la réflexion.

2 – Recueil des premières idées
Réflexion individuelle (5 min à 10 min)
Demander aux participants de rassembler par écrit leurs propres idées sur le sujet. La consigne ne doit pas être trop précise durant ce premier temps, elle peut être par exemple « Concernant tel sujet, qu’est-ce qu’il vous paraît important de dire ».
Laisser quelques minutes de réflexion silencieuse au groupe (5 à 10 min). Ecourter si tout le monde a visiblement terminé.
Compilation des idées (15 mn)
Demander à chacun de donner ses idées, de manière courte et synthétique (il ne doit pas y avoir débat). Noter au fur et à mesure ces idées de manière visible pour tous (panneau, vidéoprojecteur…).
Cette phase peut se faire simplement sous forme de tour de table. Elle peut être plus efficace sous forme de prise de parole spontanée, avec la consigne de prendre la parole au moment où ses propres idées viennent compléter ou s’opposer à l’idée qui vient d’être émise. Cela permet de commencer à regrouper les idées proches lorsqu’elles sont notées.
Débat (10 minutes)
Un court débat peut être lancé lorsque toutes les idées émises sont visibles au tableau. Ce débat sert à commencer à « sentir » ce qui, dans les idées émises, fait consensus ou au contraire divise, ce qui intéresse et ce qui n’intéresse pas, etc…

3 – Organisation des idées (1/2 h à 1 h)
Constituer un tout petit groupe (3 personnes au plus, une personne seule peut suffire) qui sera chargé de mettre de l’ordre dans les idées recueillies. Dans la mesure du possible, les membres de ce groupe doivent avoir un bon esprit de synthèse ! Remettre à ce groupe l’ensemble des idées compilées, ainsi que les notes personnelles de ceux qui acceptent de les donner. Il se basera aussi sur les premières réactions du groupe durant le débat.
Ce groupe se réunit à part. Pendant ce temps, les autres participants peuvent faire une pause, ou travailler sur un autre sujet.
Le groupe de synthèse devra réaliser le travail suivant :
. Regrouper les idées en grands thèmes, et donner des titres à ces grands thèmes. Eventuellement, commencer à organiser chaque thème en plusieurs sous-thèmes, s’il y a suffisamment d’idées pour cela.
. Bien faire apparaître, dans chaque thème, les différents types d’idées : opinions, propositions, identifications de problèmes, questionnements, etc…
. Préparer un « visuel » de ces thèmes pour retransmettre au grand groupe.
Retransmission (5 minutes)
Le petit groupe présente son travail au grand groupe, et vérifie que le grand groupe « reconnaît » bien ses idées.

4 – Enrichissement des idées
La phase d’enrichissement consiste à développer les idées mises en forme dans la phase précédente. Elle peut se mener de nombreuses manières : en petits ou en grands groupes, de manière écrite ou orale, par des méthodes rapides type « brainstorming » ou des méthodes plus lentes et approfondies « type débat ». Nous ne détaillons ici qu’une démarche possible.
Travail en petits groupes (1/2 h à 1 h)
La répartition du travail peut se faire de deux manières :
. Soit le grand groupe se sépare en autant de petits groupes que de thèmes, et chaque groupe travaille sur un thème. La retransmission finale constituera alors une compilation des thèmes retravaillés.
. Soit chaque sous-groupe travaille sur l’ensemble des thèmes, et lors de la retransmission on cherchera à regrouper les idées sous chaque thème (utiliser un panneau par thème).
Pour cette phase, on peut conserver ou non les idées de détail déjà obtenues lors de la phase précédente. Si on les conserve, elles vont orienter l’enrichissement du débat, sinon la réflexion peut repartir de zéro pour chaque thème.
Débat final (1/4 h)
Le grand groupe est appelé à débattre librement sur l’ensemble des idées émises et leur organisation. Les éléments du débat doivent être notés et intégrés dans l’ensemble des idées.
Le résultat final du travail est une sorte de « plan », chaque thème constituant un titre de premier niveau, et des idées plus détaillées.
On peut boucler plusieurs fois cette phase d’enrichissement, la faire travailler successivement par des groupes différents, subdiviser plus finement le plan et appliquer la même démarche sur des sous-sous-parties, etc…

5 – Rédaction finale
Sur la base des idées listées et organisées, il reste à rédiger des phrases en bon français.
Cette tâche peut être réalisée de plusieurs manières :
. Soit une personne fait toute la rédaction.
. Soit le travail est partagé entre plusieurs personnes qui travaillent sur des parties différentes, il faut alors qu’une personne fasse un dernier passage pour homogénéiser les styles.
Les rédacteurs doivent comprendre et accepter le fait qu’il est indispensable de rester au plus près des idées, sans chercher à les déformer ou les remplacer par les leurs.

Pour aller plus loin

De nombreux aménagements ou prolongements sont possibles :
. Si le groupe est grand (plus de 30 personnes) certaines phases devront être aménagées différemment. La compilation des idées ne pourra pas se faire en grand groupe, elle pourra se faire en petits groupes qui auront pour consigne de commencer à organiser leurs idées une fois compilées (prévoir au moins ½ h supplémentaire). L’organisation des idées (faite par un sous-groupe) repartira alors de ces premières compilations.
. Si le groupe est très grand, ou dispersé sur un vaste territoire, il est possible de mener plusieurs démarches de ce type en parallèle, dans des réunions différentes, et de faire se rassembler les groupes à partir de la phase 5 seulement.
. Pour des sujets importants, complexes, impliquants, etc… la démarche décrite peut être subdivisée en plusieurs réunions, chacune servant à mener une ou plusieurs étapes. Veiller alors à ce que les mêmes personnes soient présentes au long de la démarche, sous peine de devoir recommencer tout à chaque fois.

FicheC4_demarche_20050523193451_20050523193506

Un cas particulier : prolonger une réflexion déjà engagée

Voici une bonne démarche générale :
1. Commencer par repartir de zéro, en faisant réfléchir les participants « tous azimuts », en utilisant la démarche précédemment décrite.
2. Lorsque une bonne quantité d’idées est recueillie, et que ces idées commencent à s’organiser entre elles, reprendre les résultats de la réflexion précédemment menée, et voir ce qu’ils peuvent apporter au nouveau travail, en terme d’idées supplémentaires, de vision générale des choses, etc…