La collaboration neutre

Cialis is a phosphodiesterase type 5 inhibitor that increases the blood flow to the penis by increasing the sensitivity of the penile arteries and increasing the size of the erectile tissues. Dapoxetine (vipadrin) is marketed in south africa http://privateultrasoundscan.com/staff under the name of dulestra, but is also available in the usa, europe and the united kingdom. Fertility can be increased, but not the number of children.

These methods are highly effective in improving erectile dysfunction, and are also used by men who suffer from premature ejaculation. A http://fundacionable.org/ single, small-volume trial showed no effect on blood pressure. However, these general descriptions do not adequately capture the very nature of how.

There are many different drugs out there such as methotrexate. Farmacia ebay levitra for sale uk the other two weeks of Tagbilaran City prednisone without a prescription the year, he was at home. Euch habt es noch keinen tag geschafft, dass ihr euch für eine neue aufklärung se.

Le collaborateur dit : « J’accepte que la vie continue. En toute connaissance, et parce que c’est mon intérêt, je travaille directement ou indirectement pour la puissance occupante, sans pour autant adhérer aux principes politiques et idéologiques du National-Socialisme. Mon attitude est dictée par des circonstances qui échappent à mon pouvoir. La seule alternative serait la banqueroute, le chômage, la famine, le chaos et la ruine. Dans la mesure de mes moyens, je veux survivre à la guerre et à la défaite de mon pays».

L’auteur Werner Rings place dans cette catégorie l’action des administrations de pays comme la Belgique et les Pays-Bas dont les gouvernements se sont réfugiés en Grande-Bretagne. Il range aussi la collaboration économique des pays comme la France ou le Danemark.

En principe, le vainqueur peut imposer tout ce qu’il veut, au besoin par la force, mais il sait aussi qu’un pays pacifique et conciliant est plus facile à diriger et plus productif qu’un pays en révolte. D’après Rings, c’est pour cette raison que l’Allemagne reconnaît la souveraineté et la neutralité de la France et du Danemark qui conservent un gouvernement.

Pour Rings, non seulement les industriels qui font des affaires avec les occupants pratiquent une « collaboration neutre », mais également, à leur niveau, les travailleurs qui partent gagner leur vie en Allemagne.

La collaboration inconditionnelle

Le collaborateur inconditionnel dit : « Je joins mes forces à celles de l’occupant parce que j’approuve ses principes et son idéal. Mon attitude n’est pas le fruit des circonstances, mais la conséquence d’une allégeance au National-Socialisme. Je suis prêt à faire des sacrifices pour la puissance occupante aussi longtemps que je pourrai servir notre cause commune. ».

C’est typiquement l’attitude de Vidkun Quisling qui s’installe au pouvoir en Norvège en 1942. Dans tous les pays occidentaux, on vit apparaître ce que Rings appelle des « Hitler en miniature » et qui auraient pu ou auraient voulu jouer le même rôle que Quisling, mais que les Allemands ne mettent pas au pouvoir. C’est le cas d’Anton Mussert aux Pays-Bas et de Frits Clausen au Danemark. Quisling, Mussert et Clausen sont les chefs de partis nazis locaux. Ils peuvent se revendiquer authentiquement nazis parce qu’ils sont considérés comme proches de la race Allemande par les nazis allemands. Dans les autres pays, il y a également des partis très proches du nazisme et qui voudraient que leurs pays deviennent de vrais alliés des Allemands. On les appelle généralement des « collaborationnistes ».

Parmi les collaborationnistes, on peut citer le parti national Flamand (VNV) de Staf De Clercq, le parti rexiste de Léon Degrelle en Wallonie, le Rassemblement national populaire de Marcel Déat et le PPF de Jacques Doriot, ou le Parti national breton.

D’après Rings, aucun de ces leaders qu’il soit un pur nazi ou simplement un fasciste n’a jamais obtenu la confiance d’Hitler. Seule exception, la russe Bronislaw Kaminski qui bénéficie de la pleine confiance des occupants dans sa « République de Lokoty », près de Briansk.

La collaboration conditionnelle

Le collaborateur conditionnel dit : « Je coopère avec la puissance occupante bien que je n’approuve que certains des aspects de la doctrine nazie. Avec réserve, je suis prêt à collaborer fidèlement parce que je veux changer les circonstances qui m’ont conduit à cette attitude ».

Selon Rings, la collaboration conditionnelle est la politique officielle de la France de Vichy et le gouvernement Danois la pratique partiellement. En octobre 1940, Pétain propose une collaboration qu’Hitler n’avait pas réclamée. Dans un discours radiodiffusé, il explique aux Français, que
« …pour maintenir l’unité française, …, dans le cadre d’une activité constructive du nouvel ordre européen, que j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration. Ainsi, dans un avenir prochain, pourrait être allégé le poids des souffrances de notre pays, amélioré le sort de nos prisonniers, atténuée la charge des frais d’occupation Ainsi pourrait être assouplie la ligne de démarcation et facilités l’administration et le ravitaillement du territoire. »

Pour Rings, l’attitude de Vlassov, fondateur du Comité russe de libération et de l’Armée russe de libération, ressortit également à la « Collaboration conditionnelle »

La collaboration  tactique

Le collaborateur tactique dit :

« J’accepte de collaborer malgré mon hostilité vis-à-vis du National-Socialisme et de l’Allemagne nazie. Je le fais pour un certain nombre de raisons : libérer le pays du joug étranger et recouvrer ma liberté, éviter, autant que possible, le massacre de masse de gens innocents, … la collaboration dissimule la résistance et une forme de combat. ».

Pour illustrer cette forme de collaboration, Rings cite l’exemple d’employés de chemin de fer qui pouvaient faire circuler des trains le jour et pratiquer le sabotage la nuit. Autre exemple de cette sorte de collaboration : en janvier 1941, après que les Allemands ont menacé de bloquer l’approvisionnement en charbon du Danemark, ce dernier accepte de livrer des vedettes lance-torpille, mais après les avoir rendu pratiquement inutilisables. Une telle attitude a également été celle du président Emil Hácha de Bohême-Moravie, qui continue, en 1939, de rester en contact avec Edvard Beneš, réfugié à Londres.

D’après Rings, certains groupes ou organisations sont amenés à pratiquer la collaboration tactique : les consistoires juifs, pour gagner du temps, les partis communistes avant juin 1941, pour exister politiquement.

Parfois également, certains groupes de résistants sont amenés à négocier avec l’occupant : Tito, en mars 1943, pour un échange de prisonniers, les Tchetniks, de façon beaucoup plus répétée, aussi bien avec les Allemands qu’avec les Italiens. En France, en 1944, l’OCM de Bordeaux, accepte de livrer aux Allemands 45 tonnes d’armes parachutées depuis Londres en échange de la libération de 300 prisonniers. En avril 1942, juste après son évasion, le général Giraud accepte de rencontrer Otto Abetz mais refusera les propositions qui lui sont faites.

Rings souligne que, sous la pression des évènements, la collaboration tactique ne peut pas durer longtemps : bien vite, le gouvernement d’Emil Hácha doit passer de la collaboration tactique à la collaboration conditionnelle, puis, inconditionnelle à partir de l’été 1940. Les partis communistes passent carrément à la résistance à partir de juin 1941, et même au Danemark, la collaboration prudente du gouvernement danois doit prendre fin en août 1943 date de sa dissolution

Werner Rings

Pour revenir au menu de la Rhétorique indépendantiste, cliquez ici.