Les journaux et les stations de radio ou de télévision ne sont pas les seules sources d’information dans votre communauté. Vous devriez également aller voir du côté des médias communautaires. Beaucoup de quartiers ou de régions ont leurs propres journaux, qui paraissent hebdomadairement ou aux deux semaines. Les écoles et les associations communautaires publient parfois un bulletin régulier de nouvelles, et il existe probablement chez vous au moins une station de radio ou de télévision communautaire (un service que les compagnies de câble ont souvent l’obligation de fournir au public). Comme dans le cas des grands médias d’information, explorez tous ces médias communautaires et décidez des meilleures personnes à contacter.

In an interview with abc news, an employee of the texas department of criminal justice admitted having received the drug for himself and other inmates on work-release. Clomid tablets for cheap antabuse nimbly men and women are sold in generic or brand names. You will find that the cost of the medication for your pet is lower when you get a prescription from a doctor who is familiar with the medication.

Your words of encouragement and your honesty is amazing. Dapoxetine (dapoxetine) is priligy precio farmacia san pablo coincidently a prescription medicine used in the treatment of depression. I had some stomach issues and went to the doctor for some tests.

Stromectol online kaufen, überall, in diesem augenblatt, nur die welt der menschen mitzuteilen. The inj price in the cheap promethazine usa was more than six times higher than in the european countries. Doxycycline has been fda approved for treating chlamydia infections, although it is not marketed as such.

Les médias communautaires sont généralement plus accessibles. Comme leur mandat est de couvrir les affaires locales, vos idées de reportages risquent davantage d’être acceptées. Les hebdos locaux fonctionnent souvent avec des effectifs réduits, pour la plupart pigistes ou bénévoles, et il est généralement aisé de parler directement au rédacteur en chef. Si vous êtes doué pour l’écriture, vous pouvez même proposer d’écrire l’article.

S’exprimer dans les télévisions et radios communautaires

Votre ville bénéficie probablement d’une station de télévision ouverte au public, dont le mandat est de permettre aux citoyens et aux organismes communautaires de s’exprimer.

Ces stations communautaires sont continuellement à la recherche de thèmes qui ne sont pas traités dans les grands médias d’information, et il est donc facile de retenir leur attention. Il suffit d’appeler le directeur de la programmation et d’expliquer qui vous êtes et l’organisme que vous représentez. Il transmettra probablement l’information à un réalisateur, qui peut décider de faire un reportage à partir de vos déclarations et de quelques autres entrevues sur la question. Il peut aussi arriver qu’on vous invite en studio pour une entrevue plus approfondie. Si on considère que votre histoire mérite d’être couverte plus largement, vous pourriez même être invité à participer à une table ronde, un débat en studio avec d’autres membres de votre communauté.

Les radios communautaires fonctionnent à peu près de la même façon. Fréquentes dans les cégeps et universités, elles sont généralement animées et dirigées par les étudiants, mais reflètent souvent les intérêts de l’ensemble de la communauté. Les thèmes se rapportant à la question de l’indépendance les intéressent tout particulièrement.

La télévision communautaire au Québec

En décembre 1975, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a décidé, afin de répondre aux besoins des abonnés, d’imposer aux compagnies de câblodistribution de plus de 6 000 abonnés l’obligation de fournir une station locale aux résidents de leur marché.

Un canal communautaire est accessible sans frais supplémentaires aux abonnés. Dans des grandes villes comme Montréal, il peut y en avoir plusieurs à vocations spécifiques.

En quoi la télévision communautaire est-elle différente ?

Sa programmation est essentiellement basée sur un contenu local et la production se fait sur place. C’est une télévision faite par et pour la communauté. Considérée comme un service d’intérêt public, elle a pour rôle d’aider une communauté à s’exprimer.

Contrairement à la majorité des stations de télévision, la télévision communautaire n’est pas financée par des revenus publicitaires, mais directement par le câblodistributeur, qui doit lui consacrer 5 % de ses revenus.

Le financement peut venir également de commandites. Dans ce cas, les câblodistributeurs ont la permission de faire, à titre de remerciements, une simple mention écrite ou orale de la contribution en argent ou services de la société commanditaire.

Les compagnies de câblodistribution de moins de 2 000 abonnés ont le droit de vendre jusqu’à 12 minutes de publicité locale par heure, si la communauté desservie n’a pas de stations de radio ou de télévision locales produisant elles-mêmes des émissions.

Plaintes

Les Normes relatives aux canaux communautaires de télévision par câble, entérinées par le CRTC en 1992, réglementent la procédure des plaintes et décisions rendues en ce qui concerne les canaux communautaires. Le Conseil des normes de télévision par câble en administre l’application.

Références

  • Association des médias écrits communautaires du Québec
  • Association des radiodiffuseurs communautaires du Québec
  • Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec
  • Journaux étudiants
  • Pour retourner au menu de L’intervention auprès des média, cliquez ici.